Salbris : La friche Giat, ça y est, c’est du passé

Depuis le temps qu’il en était question, c’est enfin fait, et le nom d’Axa, évoqué depuis 2017 par le Conseil départemental, est confirmé. Une partie de l’ex-site Giat (Groupement industriel des armements terrestres) est vendue, soit plus d’une quinzaine d’hectares qui sont promis, logistiquement parlant, à faire peau neuve.

Un cadeau de Noël avant Noël ? À Salbris, le souhait Giat fut en effet exaucé au pied du sapin 2020 grâce à la société Baytree, filiale immobilière du groupe Axa qui développe des platefomes logitiques en Europe (France, Royaume-Uni et Allemagne, principalement), qui aura joué les bonhommes au bonnet rouge et blanc sur son traîneau à la saveur tertiaire. Cette dernière vient d’acquérir un terrain de 16,5 ha (dit groupe A, le long de la D89, à proximité directe de l’A71), propriété (depuis 2002…) du Conseil départemental, contre le déboursement de 662 000 € (pourquoi la Sologne ? la réponse réside sans aucun doute ici, en euros), dans la perspective d’y faire sortir de terre un bâtiment logistique de 60 000 m². C’est la société d’économie mixte, 3 Vals Aménagement, qui a conclu la cession de site, pour le compte du Département. “Je suis content, très content !” a assuré le maire de Salbris, Alexandre Avril, convié pour la fameuse signature à Blois, le 16 décembre 2020. “Ce vieux dossier est réglé, la page se tourne. J’espère que ce premier et nouveau projet en appellera d’autres sur cet emplacement qui démontre qu’il possède des atouts.” Nicolas Perruchot, président du Département, a précisé que 9 ha de compensations environnementales “ont été nécessaires pour protéger la faune et la flore”, ajoutant, comme escompté lors de ce genre de grandes messes de stylos couchant de joyeux autographes sur des parapheurs aux nombreuses feuilles entérinant l’accord déclamé, que “d’un point de vue économique, l’arrivée de cette future base logistique est un immense espoir en matière d’emploi et prouve l’attractivité du territoire pour les grands groupes internationaux.” La création d’une centaine d’emplois est par conséquent annoncée en Sologne d’ici 2022; l’outil Job41 et l’agence d’attractivité départementale BeLC, présidée par Karine Gourault, aideront sur ce point. Philippe Rougé, directeur de Baytree France, patronyme entrepreneurial déjà implanté à Mer, s’est montré confiant. “Ce projet fut de longue haleine. La consultation est enfin lancée. Nous avons de fait l’intention de commercialiser ce site classé Seveso (seuil haut, risques d’accidents majeurs), suffisamment éloigné des habitations, dès le premier semestre 2021. Sûrement pour des activités pour la grande distribution avec du stockage de produits sensibles (alcools, cosmétiques, aérosols…). La Sologne constitue un bassin d’emplois intéressant et avec cet achat, nous ne prenons pas de terres agricoles supplémentaires. Dans dix-huit mois, nous avons l’espoir de finaliser, que les camions circulent, dans un esprit novateur mêlant économie, qualité, compétitivité, emploi et environnement.»

Giat, c’est fini, la bouderie aussi ?

Hormis la friche Giat, pour entrer dans d’autres sujets, toujours en ruralité, Monsieur le maire de Salbris, Alexandre Avril, nourrit d’autres projets pour sa cité. Heureux pour Giat, il demeure courroucé par le dossier Franciade (Cf. notre édition du 15 décembre 2020, ndrl), qu’il juge également “dans le passé”. En somme, il ne faut plus (lui) en rabattre les oreilles, stop ; or, à titre de comparaison, d’autres responsables politiques qui ont roulé leur bosse entendent parler de la fermeture de Matra à Romorantin depuis des décennies sans jouer les vierges effarouchées. Il va bien falloir s’habituer aux disques rayés quand l’accès à de telles responsabilités vous est donné. Le jeune élu préfère sans aucun doute les discussions sur les plateaux TV parisiens de CNews qu’il fréquente depuis une poignée de semaines, tout en saluant sur les réseaux sociaux le départ du JT de TF1 de Jean-Pierre Pernaut. Dans le même temps, une fois la bise venue, lorsque la caméra s’éteint loin des paillettes nationales, il n’est finalement pas forcément déconnant que M. Avril nous ait honoré, naturellement mais pas du tout gentiment, sans sourciller, d’une sorte de fable-procès dans la veine «vous savez, circulez, j’en suis fort aise, eh bien dansez maintenant »… Car il nous aura confié lors d’une explication entre deux réunions “ne pas lire la presse locale et le Petit Solognot”, journal selon lui qui “brûle très bien dans la cheminée”. Propos n’est-ce pas fort intéressant pour un élu local au (premier) mandat local ! Allez, sans rancune, pour cette fois, mais attention à ne pas trop s’incendier les ailes avec ce type de fonctionnement en circuit méga fermé… Le maire Avril, pourtant élu en Sologne à Salbris, parfois perçu comme « bled » de la France « paumée », doit la parcourir un peu quand même, cette presse solognote qui traite de sa commune mais qu’il juge de bas étage, pas du tout à sa hauteur médiatique, alors même qu’il est soutenu par le député Guillaume Peltier, qui est lui un fervent défenseur de la France d’en bas… Ledit édile semble tout au moins en avoir besoin de temps à autre, au regard des informations communiquées et concédées justement, à ces mêmes journaleux… attention, autre gros mot, locaux. Il a ainsi accepté de leur révéler le déplacement imminent de l’Office de tourisme de la mairie vers la place du marché, en coeur de ville. Une information bien relatée dans les colonnes de la presse et de journaux… oups, locaux (c’est ballot). “L’ouverture est prévue le 20 janvier si tout va bien. Nous allons ainsi avoir un nouveau lieu dédié, doté d’une galerie d’art et d’une boutique de produits solognots,” a explicité l’élu, également président de l’intercommunalité de la Sologne des Rivières, que nous avons volontiers écouté en dépit de l’aversion du précité à notre égard. La marque Sologne avance bien également. Pour preuve, “un comité d’attribution des fonds européens Leader du Pays de Grande Sologne s’est tenu avant la fin d’année 2020,” a encore informé Alexandre Avril. “Soit près de 134 000 € attribués pour notre merveilleux terroir solognot, dont 50 000 € à la marque Sologne pour ses actions de 2020, notamment la refonte du site www.sologne-tourisme.fr; 22 000 € à Sologne Nature Environnement pour la création de 4 circuits d’écobalades (dont un à Salbris !) pour faire découvrir notre faune et notre flore de Sologne ; 7 000 € à la Maison du Cerf de Villeny pour la refonte de son site internet et l’amélioration de son accessibilité handicapée. Nous avons également donné notre accord de principe au magnifique projet présenté par la Fédération Française d’Equitation de «Route européenne d’Artagnan» pour le tourisme équestre et permettre aux cavaliers de traverser la Sologne à cheval sur une piste de haute qualité à travers nos villages. Longue vie à la Sologne !” Alors si nous suivons ce raisonnement ancré et localisé déclamé par le jeune homme politique Avril, quitte à seriner, la presse solognote et de surcroît locale s’avère bien une composante du tableau présenté ? Allez, bonne année, avec un voeu de faire table rase du passé 2020, gratifié d’une bonne résolution de nouvelles lectures et d’ouverture pour la prochaine interview 2021, Monsieur le maire.

Emilie Rencien

Source : Le Petit Solognot, le 16/01/2021